Creative Common By SA

Critiques sur la croissance Enregistrer au format PDF

jeudi 6 septembre 2007 par matthius

Beaucoup de théories économiques se trompent. La plupart des théories économiques consistent à baisser le prix de revient en produisant de manière différente. On commence à s’apercevoir que cela seul ne suffit plus.

Pour comprendre prenons un exemple : Un chercheur a trouvé comment produire du papier moins cher grâce à des produits chimiques. Une entreprise paye son brevet et prend tous les marchés. Dans ce cas on a respecté les théories économiques classiques.

Allons maintenant un peu plus loin : Une entreprise a en même temps trouvé une encre qui coute moins cher. Les consommateurs achètent donc en masse ce papier et cette encre.

L’ennui c’est que l’on a oublié d’où venait l’encre et le papier. L’encre venait du pétrole. Ce dernier avait son prix qui augmentait parce qu’il se raréfiait. Le papier venait de forêts sans que les arbres soient remplacés ou aient le temps de pousser. Le prix du papier a donc augmenté.

Dans cet exemple la croissance a eu lieu : Le consommateur consomme plus de papier et d’encre dont il n’a pas besoin. Maintenant imaginons qu’il n’y a plus de pétrole et de forêt. Dans ce cas on est tranquille car il n’y a plus de produits ne servant à rien.

Maintenant allons encore plus loin : Comment se peut-il qu’un pays dont le nombre d’habitants stagne ait besoin de croissance ? La réponse est simple : Il faut tout simplement que les habitants consomment plus. Le principe pour qu’il y ait plus de croissance que jamais est donc simple : Il faut que les habitants achètent des produits pour en acheter d’autres. C’est le principe économique qui consiste à dire autrement qu’une activité en crée d’autres. Pour avoir de la croissance il faut en plus que les produits vendus cassent facilement. Bien-sûr ce sont les deux solutions prises ensembles qui vendent le mieux.

Pour finir certains fabricants peu scrupuleux auraient créés des produits qui ne cassent pas. Là il y a un gros problème pour la croissance. Ne vous en faites pas il y a une solution à tout : Il suffit de se mettre en guerre pour détruire les produits qui ne cassent pas. Avec une bombe on pourra en effet produire l’article de nouveau. L’ennui c’est quand l’article a tout de même résisté. Ne vous en faites il y a une solution : La société du paraitre ou la qualité. Cela consiste à dire que le produit est sale ou ne convient plus pour dire qu’on ne le remet pas dans le circuit.

Voilà donc la société de la croissance que nous voulons et qui fonctionne comme cela à causes de théories économiques qui ne prennent en compte ni l’humain ni l’environnement. On pourrait ajouter une chose : La planète peut se passer de nous.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 27713

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSSPolitique RSSEconomie

Creative Commons License