Méfiance sur notre santé Enregistrer au format PDF

jeudi 13 novembre 2008 par matthius

Dans les médias français du jeudi 13 Novembre 2008 on a passé les reportages d’un schizophrène meurtrier. Le jeune malade a eu des hallucinations lui insufflant de s’acheter un couteau pour tuer. Ce que l’on n’a pas dit dans ce reportage c’est que tout le monde peut avoir des hallucinations lorsqu’on connait les conditions de travail de certains salariés. Ce que l’on ne dit pas non plus c’est que les schizophrènes de naissance ne savent pas comment acheter un couteau. Autrement dit le reportage ne jetait pas que la suspicion sur les anciens malades. Il orientait la suspicion vers les futurs malades qui pourront être en théorie tout le monde.

Il y a aussi une orientation épuisante prise par le système de santé français. L’état français favorise la mise en place de sociétés privées ou publiques favorisant le retour au travail. D’après un reportage de FRANCE INTER du 13 Novembre 2008 ( LA BAS S’Y J’Y SUIS source audio dans audio ou ici puis ici ) on favorise le retour au travail des salariés qui ne se sont pas protégés des accidents du travail. On voit un médecin mandaté par une société privée touchant la cheville d’un salarié en arrêt de travail qui n’avait pas demandé de plâtrer sa cheville. Au moment où il est vérifié le salarié a des douleurs. Le médecin ne voit pas de plâtre donc il le remet au travail pour le lendemain. Quinze jours après le salarié voit sa cheville gonfler à cause de son oeudème qui avait été réellement déclaré. Chacun sait qu’un médecin aura tendance à nous encourager à retrouver le travail. Les médecins savent qu’il faut écouter le patient afin qu’il se rétablisse au plus vite. Les sociétés privées et publiques visant à ce que le salarié retrouve au plus vite le travail ne sont qu’un moyen pour rendre le salarié encore plus fragile face à son entreprise.

On peut cependant louer le gouvernement pour la mise en place des médicaments génériques. En effet les pharmacies vendaient les médicaments les plus chers même si le patient demandait des médicaments génériques. Maintenant le patient doit entièrement payer le médicament non générique s’il existe le même en générique. Donc les pharmacies vendent enfin des médicaments génériques. Cependant les médicaments génériques ne permettent plus la recherche de nouveaux médicaments. Or l’Etat dévalorise en 2008 la recherche fondamentale.

Ceux qui ont voté pour la droite ont cru que la droite s’occuperait des salariés parce qu’elle ne voulait pas s’occuper des plus démunis. Seulement les plus démunis étaient aussi des salariés pour la majorité. Ils ont crus qu’en travaillant plus ils gagneraient plus. Dans les faits le travailler plus n’a jamais permis le gagner plus. On retrouve ses propos chez les industriels dans les grèves du XIXème siècle. On favorisait les heures supplémentaires pour que le salarié se tue au travail. Aujourd’hui le travailler plus n’est plus possible quand on sait qu’on produit plus avec de moins en moins de salarié. Nicolas SARKOZY a donc voulu remettre en cause le progrès technique avec son passé patronal. Les ouvriers qui ont cru à l’illusion comme ceux qui n’y ont pas cru vont payer les pots cassés de se désastre présidentiel. Quant aux employés qui comptaient travailler plus en allant jusqu’à 3 heures par jour sur INTERNET au travail... ( Source monster.fr )


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 27713

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSSCréativité RSSSanté RSSAudio

Creative Commons License