Creative Common By SA

L’univers se crée Enregistrer au format PDF

samedi 27 octobre 2012 par matthius

Des statistiques ont été créées récemment sur l’évolution de l’énergie dans l’univers. En fonction des galaxies éloignées on sait maintenant que l’univers a évolué d’une toute autre façon que l’on ne croyait.

Cette découverte qui montre que l’énergie de l’univers augmente va contre l’ensemble des théories de la raréfaction de l’univers, et d’une prétendue perte totale d’énergie de l’univers. La théorie abracabantesque du big bang a de plus en plus de mal à tenir debout.

En effet la théorie du quark, pour laquelle des chercheurs se vantent de prouver qu’il existe, repose sur un dogme qui dit que les masses se sont créées au tout début de l’univers, avec une onde de choc qui aurait créé les masses au moment du big bang. D’après cette théorie on pourrait créer de la matière non attirée par la gravité, matière non trouvée dans l’univers. On pourrait aussi indiquer que des atomes moins denses sont plus lourds, ce qui est faux dans la réalité.

On a trouvé le quark est alors ?

Tout d’abord on savait de toutes les façons que l’atome est en tout ou parti capable d’être attiré vers un autre atome, donc l’existence d’une masse pouvant être attirée vers d’autres masses était certaine d’être trouvée. On a donc trouvé ce qui existait sûrement.

Le dogme du quark repose sur des théories sans fondements. Einstein lui utilisait des fondements et des expériences pour prouver ce qu’il disait. En effet le dogme du Quark repose sur l’empirisme, qui consiste à utiliser ses yeux et les mathématiques pour trouver par chance un fondement scientifique. Or Platon indique que les découvertes scientifiques ne peuvent se faire qu’avec des expériences permettant d’émettre des hypothèses en utilisant les fondements scientifiques.

On a trouvé des galaxies plus vieilles que le big bang. Donc le big bang serait perpétuel. Il aurait donc fallu que la matière se désintègre pour miraculeusement se recréer avec une onde. Ceci n’est en rien basé sur un fondement scientifique puisque ce qui est dense est lourd.

Enfin pourquoi y aurait-t-il uniquement une partie de la matière attirée par une autre partie de la matière ? Il semble plus plausible de penser que l’ensemble de la matière est attirée par de la matière. Nous n’avons encore pas trouvé qu’une matière pouvait être inerte. Par contre on sait effectivement qu’on peut garder les mêmes masses en créant de l’énergie. Mais l’énergie n’est alors plus de la matière puisqu’on garde la matière.

Pourquoi ce dogme de création de l’univers au tout début ?

Le dogme du big bang a été théorisé par Aristote pour ensuite être contredit par Philon d’Alexandrie. Ce dogme est ancien et ne démontre en rien un quelconque principe physique existant naturellement. Une onde de choc qui crée les masses n’a jamais été retrouvée dans l’univers. Tout cela sert à dire que c’est un Dieu qui a créé cette onde. D’où vient ce Dieu ? On ne sait pas.

En fait ce dogme ne repose sur aucune expérience relevant d’une théorie concrète. En effet ceux qui disent que l’univers s’est créé au tout début ne prennent pas en compte la création même de l’univers. En gros on dit que l’univers est une erreur de l’infini, mais que tout a été créé d’un seul coup, au big bang, sans aucune raison. D’ailleurs on y fait intervenir Dieu.

La théorie du quark repose sur le fait qu’il ne pourrait y avoir actuellement création de la matière. Au lieu de supposer que l’énergie pourrait être créée sans perte de matière, on suppose que cette création d’énergie raréfie notre univers, que la matière sans masse crée de l’énergie.

Notre recherche scientifique s’est donc étonnée de distinguer des galaxies plus vieilles que le big bang. Mais la théorie du quark créé en une seule fois n’a pas été suffisamment remise en question.

Pour comprendre cette obstination il faut comprendre que notre système économique est basé sur la raréfaction des ressources. En effet les économistes nous présentent des courbes qui ne font que monter. Pour eux il est normal que la monnaie se dévalue car nous utilisons nos ressources de plus en plus. Au final donc nous n’avons plus suffisamment de ressources et tout s’écroule. Il n’en en aucune façon tenu compte de la recherche scientifique, qui permet de trouver de nouvelles sources d’énergie. D’ailleurs après la fission du Thorium, il y aura la fusion de l’helium 3. Après la fusion de l’hydrogène on pourra utiliser l’anti-matière.

Les financiers croient à cette possibilité, car ils ne veulent pas se remettre en question quant à chercher de nouvelles réponses. Ils favorisent ainsi les scientifiques qui sont d’accord avec ce dogme de la raréfaction.

Ainsi dans nos cours de physique nos professeurs annoncent toujours cette théorie de Lavoisier, que l’on peut facilement contredire : "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme". La contradiction porte sur la création. Comment se peut-il que rien ne se crée si quelque chose existe ? Cette théorie a pourtant été vérifiée et Einstein a dû la contredire pour ensuite la redémontrer après avoir énoncé la théorie de la relativité. Cela a donné la formule E=mc2. Pour aller dans le sens d’Einstein un courant non-entropique, qui refuse donc la théorie de la transformation dans son ensemble, s’est créé. Ceux qui sont dans ce courant sont violemment contredits à cause des financiers. Ce courant néguentropique défend l’œuvre de Kepler, Leibniz, Euler, Gauss, Riemann, Larouche.

Qu’est ce que le néguentropisme ?

La théorie de création perpétuelle de l’univers est à chaque fois prouvée. L’univers est créatif et donc néguentropique. Ces preuves qui sont les galaxies plus vieilles que le big bang et la création supplémentaire d’énergie dans l’univers devraient pourtant remettre en cause notre système économique du taux de change variable basé sur la rareté.

Le courant néguentropique démontre que l’univers n’a jamais perdu cette capacité créative, et que sa meilleure création sont les êtres vivants. Chaque atome peut avoir une capacité créative avec l’énergie. C’est pourquoi il est important d’utiliser des verbes transitifs pour comprendre mieux les phénomènes physiques. Comme cela on peut mieux comprendre la capacité créative de l’univers.

Le courant néguentropique refoule aussi les digressions mathématiques comme celle du quark. Une théorie ne peut être prouvée mathématiquement mais physiquement. Ce n’est pas en essayant de joindre les deux bouts que l’on trouve. Tout doit permettre une meilleure compréhension des axiomes physiques. On ne doit pas se perdre à chercher un rêve mais faire des expériences pour émettre des hypothèses.

Le courant néguentropique défend donc aussi la lutte contre l’armement nucléaire. Ce courant défend cette recherche oubliée sur le thorium, pour lequel une tonne équivaut selon certains à 200 tonnes d’uranium, tout en créant 4 fois moins de déchets 100 à 10 000 fois moins durables. En effet la fission du thorium, qui réagit avec l’uranium et ainsi de suite, peut être refroidie par des sels fondus, permettant ainsi d’arrêter la centrale facilement.

Le courant néguentropique défend aussi l’exploration spatiale, qui nous permettrait de nous défendre des astéroïdes géocroiseurs, dont certains sont techniquement et actuellement impossibles à distinguer, se situant du côté du soleil. L’exploration spatiale est en fait ce qui permet notre survie et notre développement néguentropique, mais demande à orienter notre économie vers la recherche et les grands travaux des années 1960, qui ont permis d’augmenter l’espérance de vie tout en explorant la lune.

Livre

Source

NASA | Astronomers Uncover a Surprising Trend in Galaxy Evolution - YouTube

titre documents joints

L’univers ne se raréfie pas - AgoraVox le média citoyen

28 janvier 2013
info document : HTML
151.2 ko

Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 27722

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSSScience

Creative Commons License