Le dualisme n’est pas naturel

Licence Creative Common by SA
mercredi 6 juin 2018 par matthius

L’enfant cherche la vérité dès qu’il ressent ses parents. Il teste, il expérimente, puis il marche et parle en se disant « Je peux le faire maintenant ». C’est la recherche de vérité de Platon. Ensuite l’enfant entre dans la caverne de la dualité cartésienne.

Descartes n’a pas trouvé. Aucun professeur d’optique n’arrive à comprendre sa démarche, venue de nul part, avec sa démonstration que ne tient pas debout. Pourtant, ses livres sont reconnus. Pourquoi ? Descartes a écrit un livre sur les émotions. Il est fort probable que la finance ait demandé d’autres livres sur les émotions ensuite. Ce livre sur les émotions est la pensée de Descartes. Les autres livres ont servi à créer ce livre. Le livre sur la méthode, lui sert d’attrape-nigauds. Il est impossible de trouver avec ce livre. Seuls ceux qui se réfèrent à Platon, puis Kepler, Leibniz, Denis Papin, Sadi Carnot, Henry Charles Carey, Riemann, Einstein, Vernadsky, Larouche et alia peuvent trouver.

On nous enseigne Descartes pour nous diviser. Alors les divertissements permettent d’oublier notre créateur. En effet, ceux qui ne croient pas en Dieu ne sont pas en recherche de vérité. Ils ne réfléchissent pas sur la vie, qui les a créés. Alors ils croient au Dieu argent, à leur femme, à la nature sans qu’ils se posent de question sur d’où vient tout cela. Il faut utiliser la recherche de vérité pour aboutir à croire en Dieu. Ceux qui ont la foi cherchent la vérité. Seulement le mépris qui tourne en rond avec la méconnaissance leur fait avaler des couleuvres, comme le fait qu’il y aurait le chaos, alors que notre société s’organise.

Au final, ceux qui ne cherchent pas la vérité sont malheureux. Ceux qui la cherchent sans la trouver sont insatisfaits, à moins qu’ils ne cherchent que des vérités, auquel cas ils en veulent à la terre toute entière, selon le marxisme, alors que Marx était moins connu qu’Henry Charles Carey à son époque.