Creative Common By SA

Être de gauche, de droite Enregistrer au format PDF

Article AGORA VOX
mercredi 21 avril 2010 par matthius

Dans notre culture il y a des chefs et des exécutants, comme dans certaines cultures animales. Dans notre fonctionnement il y a ceux qui veulent se mettre du côté du plus fort. En général ces personnes vont voter pour l’autorité qui a le plus de pouvoir. Il y a aussi ceux qui veulent se mettre du côté du plus faible. Ces personnes finissent par voter pour les partis qui les représentent le mieux, les partis démocratiques. Dans ces partis les différents chefs sont élus. Ils sont à gauche. Le but de ces deux antagonismes est le même : changer de classe sociale, personnellement ou globalement. L’un est égoïste, l’autre est solidaire. Comme les animaux nous possédons tous ces deux comportements antagonistes qui se confrontent dans la durée.

L’égoïsme permet de penser à ses objectifs personnels. Nous le possédons tous. Si nous ne sommes pas égoïstes nous ne survivons pas.

La solidarité est une compréhension des autres et nécessite de vivre en communauté. Nous la possédons donc tous si nous sommes sociables. Ainsi les enfants uniques ont moins la capacité à vivre en groupe.

Nous sommes donc à la fois égoïstes et solidaires. Cela crée une confrontation dans nos idées. Ces deux comportements s’opposent en nous indéniablement. Il s’avère que la société de consommation a besoin de refouler notre solidarité pour nous individualiser afin que l’on consomme. En effet à quoi cela sert-il d’acheter un objet si son voisin le possède ?

Les partis s’adaptent à leur environnement. Les partis démocratiques ne sont que le reflet de la société. Les partis autoritaires quant à eux ont beaucoup plus de pouvoir d’influence, puisqu’ils ne sont pas influencés par leurs militants. Ainsi un militant d’un parti autoritaire sera endoctriné. La société de consommation favorise les partis autoritaires car ils leur permettent d’élaborer de nouvelles publicités.

La lutte des classes a toujours existé. Comme chez les animaux certaines classes veulent prendre le pouvoir sur d’autres. Certains dirigeants veulent en avoir toujours plus sans regarder autour d’eux puisqu’ils vivent dans des maisons isolées. Ceux qui ignorent cette lutte se leurrent afin de conforter leur situation. Seulement l’ignorance ne permet pas d’évoluer. Donc la situation de ces personnes régresse sans qu’ils s’en rendent compte, remettant la faute à leur ignorance ou à ceux qui ne les ont pas prévenus.

Quand on est pauvre seule la solidarité fonctionne. Ceux qui veulent survivre deviennent solidaires afin que les familles soient plus fortes. Ainsi cette société en développement peut s’enrichir ou subsister plus facilement si on ne vient pas nuire à celle-ci.

Quand un pays s’enrichit ceux qui ont gagnés leur dû ont atteint leurs objectifs et ne voient alors plus l’intérêt général bien plus important dans une société civilisée. En effet les problèmes ont été résolus. On pense donc qu’il n’y a plus à réfléchir pour le bien de la communauté.

Il est primordial de savoir comment on fonctionne humainement et animalement afin de ne pas se laisser enfermer dans le piège du nombrilisme. Or on s’aperçoit que l’humain se comprend de moins en moins quand il n’a pas de problèmes à résoudre. La société du désir met en valeur notre nombrilisme afin de faire consommer. Il est très facile de manipuler des personnes égoïstes. Il suffit pour cela de les satisfaire. Les mêmes médias qui nous individualisent comblent ensuite nos désirs. Ainsi une société égoïste va droit à l’échec car des mécanismes permettent à une autre société de récupérer ce manque de visions. C’est ce que fait la Chine.

L’égoïsme de chacun va donc conduire à un échec collectif. Entre temps la démocratie veut que la majorité aie raison. Autrement dit les personnes solidaires seront mises à mal et se recroquevilleront dans une autre société avec une autre culture, permettant la reprise de la société dominante en faillite après une crise.

Le pragmatisme n’est pas écouté car il faudrait faire abstraction de soi pour le comprendre. Notre société ne peut évoluer facilement à cause de certains de nos caractères animaliers. Pour éluder nos caractères animaliers il faut savoir évoluer vers la bonne direction. Évoluer c’est se remettre en cause pour la collectivité puis pour soi. C’est donc son esprit de solidarité qui permet de se remettre en cause.

Une personne intelligente sait penser beaucoup pour les autres en se favorisant et en acceptant de se remettre en cause. L’éducation correctement transmise est donc primordiale dans une société qui veut survivre. Si on voit un lion garder toute la viande pour lui on dirait que cet animal est stupide car il ne ferait pas survivre son groupe. C’est pareil pour l’homme. Seulement la société humaine favorise trop les plus forts en favorisant l’individualisme. Le capitalisme va donc au bout d’un moment droit dans le mur s’il n’y a pas dans la société suffisamment de personnes intelligentes en action. La crise c’est la victoire de l’égoïsme sur la solidarité.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 28997

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSSPolitique RSSVie politique RSSDéfinitions

Creative Commons License